Transformation du cajou dans le nord de la Côte d’Ivoire

La Côte d’Ivoire est le premier producteur de noix de cajou du monde avec +700 000 Mt de noix de cajou brutes (RCN), dont seulement 7% sont transformés dans le pays.

Ces dernières années, la Côte d’Ivoire a adopté une politique et des mésures incitatives pour les investissements dans la transformation. Ecookim Coop-ca est une coopérative ivoirienne de cacao et de cajou, regroupant 23 coopératives et + 13 000 producteurs. Ecookim vise à investir dans la transformation dans la région de Kabadougou dans le nord de la Côte d’Ivoire, où un membre coopératif actif SOCAPED recherche un marché stable pour sa noix brute. En collaboration avec la sous-préfecture de Bougousso, les politiques nationales et les mesures locales sont mises en œuvre et surveillées pour renforcer les liens entre les producteurs et les transformateurs. Away4Africa co-investit et fournit son expertise dans la mise en œuvre de l’installation de transformation, tandis queFairMatch Support soutien l’organisation de la chaîne de valeur.

L’intégration de l’expertise ivoirienne, d’Afrique de l’Ouest et européenne constitue un PPP (Private Public Partnership) fort.

L’intégration de l’expertise ivoirienne, d’Afrique de l’Ouest et européenne sur la production, la transformation et l’organisation sectorielle, et de la part du privé, public et d’une ONG, constitue un PPP fort. Le PPP vise un changement de système dans le secteur du cajou dans la région de Kabadougou, en réunissant les parties prenantes concernées de la noix de cajou pour la collaboration. Cela facilite l’organisation de l’approvisionnement de la noix brute. L’amélioration du climat d’investissement prévue sécurisera l’approvisionnement de la noix brute pour la transformation permettant aux producteurs et aux investisseurs privés d’investir dans la production et la transformation du cajou.

Ce projet de 7 ans bénéficiera directement à 3 300 petits exploitants agricoles et créera 1 000 emplois permanent avec des conditions de travail adéquates, dont +60% de femmes. Le projet combine les intérêts publics et un investissement du secteur privé à 2,8 millions d’euros et rassemble des ressources nationales et internationales. Elle contribue à l’élaboration d’une production de cajou écologiquement viable et de système compatible au carbone à travers la transformation de 10 000 Mt/an de noix brute biologique et certifiée commerce équitable.